Dans ce post je vais vous expliquer comment écrire un article pour plaire pleinement à Google, tout en proposant du contenu à forte valeur ajoutée. De la hiérarchisation au contenu, je vais faire un tour d’horizon de tout ce que vous devez savoir.

La hiérachisation du contenu

En premier lieu, vous devez avoir bien en tête la manière dont vos articles seront rédigés. En fonction de la méthode de rédaction que vous utiliserez, la mise en page peut varier.

Quand on parle de la hiérarchie, on parle de la manière dont les contenus seront organisés hiérarchiquement, justement. Concrètement, il existe différents éléments à insérer au sein de vos posts :

  • L’introduction : elle doit donner envie à l’internaute de lire la suite de l’article, doit contenir une phrase d’accroche en donnant l’information essentielle de votre post.
  • Les différents niveaux de titre : il existe des titres de niveau 1, 2, 3 et ainsi de suite. Le titre de niveau 1 est le nom de l’article. Les titres suivants correspondants aux différentes parties de votre article.
  • Les paragraphes : Il s’agit du contenu concret proposé au sein de votre article. Il est situé sous les titres de différents niveaux.
  • Les médias : Images, vidéos et autres contenus interactifs qui doivent être intégrés de manière à rendre agréable la lecture de l’article.

Règles à savoir sur la hiérarchisation du contenu :

– Toujours avoir plusieurs titres de niveau 2 : Il ne faut jamais avoir qu’un seul titre de niveau 2. Sinon votre article sera déséquilibré. Si vous n’avez pas plusieurs titres de niveau 2 à renseigner au sein de votre article, n’en mettez pas c’est mieux. Mais je vous déconseille d’agir ainsi.

– Toujours avoir plusiers titres de niveau 3 et infèrieurs : Si vous ajoutez un titre de niveau 3, il faut obligatoire en mettre au minimum 2 sous chaque titre de niveau 2. C’est la même chose que pour le point précédent, si vous ne respectez pas cela il y aura un déséquilibre dans votre article.

– Vous pouvez multiplier les titres de différents niveaux tant qu’il n’y a jamais un niveau de titre présent qu’une seule fois (hors h1)

La qualité rédactionnelle

Dès que vous aurez votre modèle quant à la rédaction, il vous faudra passer au côté plus qualitatif. Cela aura une grande importance niveau SEO. Tout d’abord pour soigner vos métriques (temps passé sur le site, taux de rebond, etc), mais aussi pour signaler aux moteurs de recherche que vous méritez vraiment d’être bien positionné.

– Enrichissez le champs lexical de votre contenu : cela aura pour première incidence de vous donner une certaine expertise aux yeux des utilisateurs. En constatant un champs lexical riche, le lecteur aura une sensation/comprendra qu’il lit un expert. De plus, vous pourrez ainsi aller dans les détails du sujet traité dans l’article en question.

En plus de plaire à l’utilisateur, cela va vous permettre d’avoir un meilleur positionnement sur Google. C’est désormais un critère de qualité pour ce dernier. En voyant que vous utilisez tels mots d’un certains champs lexical, les robots de Google auront plus de facilité à positionner votre article sur ses résultats.

A voir également :  Url & SEO : Optimisation et erreurs à éviter

Il existe de nombreux outils pour avoir une idée des mots du champs lexical du sujet traité. Pour ma part, j’utilise le module Google Docs de la société SEMRush : SEO Writing Assistant. Un très bon outils qui permet d’avoir les indications nécessaires à une bonne rédaction directement sur Google Docs.

– Ne bourrez pas votre article du mot-clé principal : Le temps où il suffisait de bourriner une page de votre mot-clé pour être bien positionné est révolu depuis des années maintenant. Dosez l’introduction de votre mot-clé en l’insérant aux meilleurs endroits : Dans l’introduction, une fois en h1, en h2 et optionnellement en h3. Mettez le une fois par partie dans le corps du texte. Quand je vous dis mot-clé principal, utilisez des synonymes de ce dernier dans ces éléments. Sinon, ce sera de la suroptimisation. On parle aussi ici de mot-clé principal + secondaires.

– Utilisez la technique de la pyramide inversée : L’efficacité de cette méthode est scientifiquement prouvée, elle consiste à révéler dès le début de l’article l’information principale. Il va s’agir d’aller du plus important au moins important. Pour traiter dans le coeur de l’article des détails lié au sujet traité. Cela aura pour effet de soigner vos métriques.

Les liens sont aussi importants

Comme vous le savez, les extrêmes ne sont pas de bonnes voies. Ce qui est définis comme étant de cette catégorie, le bourrage. Que ce soit en terme de mots-clés que de liens.

Pour la rédaction de vos posts, soignez le maillage interne de votre site internet. Comment ? En ajoutant des liens dans vos articles vers d’autres contenus au sein même de votre site.

Pensez également à faire des liens vers des sites populaires et ne se positionnant pas sur le même mot-clé que vous êtes en train de travailler.

D’autres bonnes pratiques à ne pas négliger

– Ajoutez des images à votre textes : Cela permettra d’illustrer ce que vous écrivez et également de positionner ces images sur le célèbre Google Images.

– Ajoutez d’autres contenus multimédias : Vous pouvez ajouter des pdf, podcast, vidéos ou autres fichiers multimédias afin d’enrichir vos posts et de donner une meilleure epèrience utilisateur.

A voir également :  Episode 1 : La génèse du SEO

– Soignez vos stats : Incitez le lecteur à lire jusqu’au bout et à passer une action. Si l’utilisateur quitte votre site directement après y être arrivé (cela s’appelle un rebond), cela donne un mauvais signal à Google. Ainsi, votre site perdra des positions sur le long terme si cette action se répète. De nombreux autres chiffres doivent être surveillés de près afin de soigner vos stats comme le nombre de pages vues, le temps passé sur le site, la provenance du visiteurs et bien d’autres.

– Il faut un minimun de mots par articles : On voit plusieurs chiffres sur la toile en ce qui concerne le minimum de mots pour un article de blog : 300, 350 ou 400. Par sécurité je fais du 400 mots minimum pour être sûr d’être au dessus du minimum.

– Publier du contenu régulièrement ? Oui mais toujours être dans le juste milieu. Il vaut mieux publier 1 article de 1500 mots par semaine que de publier 3 articles par semaine de 500 mots. Privilégiez les articles qui vont dans le fond au détriment des articles qui survolent des sujets.

– Mettez à jour vos contenus de manière régulière : Ainsi, les robots de Google seront invités à visiter plus souvent vos articles et donc à lui accorder un meilleur crédit. Les contenus frais sont des preuves que votre site est vivant, et qu’il mérite donc d’être bien positionné.

– Réfléchissez afin d’écrire : N’écrivez des articles que sur des sujets qui intéresseront votre audience. Pour être certains de cela, vous pouvez au préalable de rédiger vos articles faire une liste de mots-clés.

– Faîtes attention à tous les autres points abordés dans un article précédent qui vous expliquez comment avoir un bon référencement naturel.

– N’oubliez pas qu’un article de blog s’inscrit dans une stratégie globale de référencement naturel qui comprendra aussi des aspects comme l’arborescence, le codage, les réseaux sociaux et bien d’autre.

– N’oubliez pas également les balises meta title et meta description qu’il faut remplir au mieux

– Pensez au format AMP pour que vos articles soient mieux positionnés sur mobile

– Laissez un système de notation sur vos articles, c’est un grand plus.

Je pourrais encore continuer à écrire sur ce sujet qui est très vaste, mais je pense qu’on a fait le tour des points les plus importants. Vous avez des questions ? Posez les en commentaires de cet article.


Structure idéale d’un article de blog optimisé pour le SEO
Vous aimez ce post ?

Ramzi
Ramzi

Fondateur de Mayboutik.com / Fort d'une expèrience mouvementée dans le e-commerce et le SEO, je vous propose du contenu pour vous permettre de devenir autonome.

Contribuez à cet article !

Soyez tranquille, vos données ne seront JAMAIS partagées.